lundi 15 avril 2013

NETWORKVB : La symbolique du pentagone



Voici la présentation officielle du logo de Networkvb, une réalisation d'OPERAPRINT. Le choix s'est donc porté sur un pentagone en 3 dimensions.

J'ai déjà eu l'occasion sur la fan page du projet de plaisanter sur le chiffre 5. Plus sérieusement, le projet Networkvb s'appuie sur une méthodologie en 5 points :

Utilisateurs, Entreprises, Écosystème, Web 2.0 et Internet.

5, c'est aussi les 5 éléments naturels : l'eau, le feu, la terre, l'air et le métal.
5, c'est aussi les 5 sens : la vue, le toucher, l'ouïe, l'odorat et le goût.
5, c'est aussi pour moi fan de basket-ball le 5 majeur, les joueurs qui démarre la partie et joue le plus longtemps aussi.
5, c'est aussi les différents départements d'une entreprise : Relations Humaines, Recherche & Développement (R&D), Commercial, Stratégie et Communication.
5, c'est aussi et surtout le nombre d'étapes nécessaires pour passer du web sémantique au web de données, le cœur de la solution Networkvb pour rendre efficient et durable le cycle de vie de la donnée au sein du système d'informations de l'entreprise.



Et les 3 dimensions ?

C'est un aspect purement technique puisqu'il s'agit en fait de l'accès à la donnée en toute circonstance et où qu'elle soit. En terme de réseau, nous avons justement 3 niveaux différents qui crée souvent une rupture dans le cycle de vie de la donnée :

L'intranet, le réseau privée d'une personne ou d'une entreprise,
L'extranet, le réseau semi-privé d'une personne ou d'une entreprise, ce que l'on peut appeler l'écosystème
L'internet, le réseau public



Et la symbolique ?

Le pentagone le plus connu se trouve aux USA, puisque c'est le nom du ministère de la défense et c'est la forme réelle du bâtiment. La donnée devient l'or noir de l'entreprise de plus en plus, par conséquent il faut la protéger, la défendre au mieux pour favoriser le développement de l'entreprise.

La relative simplicité du logo est voulue, une façon de revenir aux fondamentaux de l'entreprise après la crise Internet du début du siècle et la crise financière dont nous subissons encore les conséquences. C'est bien d'apporter un focus sur le cœur de métier et le point stratégique qui en est la base : la donnée.

De ce fait, le logo se veut le représentant de l'harmonie et de l'équilibre, chacun devant être force de proposition. Le logo n'a pas de début, ni de fin, c'est un tout unique. Qu'en pensez-vous ?



Bookmark and Share




mardi 2 avril 2013

Facebook : un atout professionnel ?

Quelle mouche m'a donc piqué pour imaginer une telle possibilité. La question n'est pas si inconcevable que cela. Naturellement Facebook est connu pour être le lieu de toutes les perversions et les excès de la condition humaine, le reflet parfait de la société actuelle.

Pourtant, Facebook depuis ses débuts à fortement évoluer et continue de plus en plus à muter tel un caméléon qui change de peau pour se protéger et survivre le plus longtemps possible. Facebook, pieuvre tentaculaire aux multiples ramifications qui sait tout de vous, tout comme Google son ennemi juré, avec son milliard d'inscrits fait peur.

Je faisais parti des personnes qui avait dit un jour : « je n'irai jamais sur Facebook » . Vous remarquerez que j'y suis et bien présent en plus : dès que je suis connecté en fait. Au moment où j'écris ces lignes, je suis contraint d'être déconnecté et cela me manque.

Facebook est gratuit et le restera, si l'on en juge la page d'accueil. Certes, jusqu'à preuve du contraire, cela se vérifie et cela implique une chose communément admise et qui apparaît périodiquement : « le produit, c'est nous. » Cela a pour conséquence que Facebook nous incite à nous dévoiler de plus en plus, non pas pour nous apporter un produit répondant à nos besoins, mais bien pour commercialiser nos actions sur sa plate-forme. L'objectif pour Facebook, et d'une manière générale pour tous les services gratuits, est de nous maintenir le plus possible enfermé dans son environnement.

Le modèle économique de la gratuité impose en contrepartie de la publicité. Il est étonnant de faire la comparaison entre le monde réel et le monde virtuel dans ce domaine. De plus en plus de monde refuse de voir remplir leur boîte aux lettres de publicité, alors que sur Facebook nous sommes quotidiennement au contact de la publicité en l'acceptant. A décharge pour les facebookiens, nous avons en contrepartie un service immédiat tel qu'un espace de discussions et autres services, ce qui n'est pas le cas pour les publicités dans les boîtes aux lettres.

La gratuité d'un service signifie-t-il qu'un usage professionnel n'est pas possible ? La réponse est dans la question pratiquement ou du moins pas très loin : Google. En effet, ce dernier qui connaît mieux le français que l'INSEE avec sa palette de services permet à des PMEs de fonctionner, notamment simplement avec Gmail et Google Docs.

Pour ne plus être le produit du modèle de la gratuité mais véritablement le client, vous devez adapter votre usage en utilisant cette force mise à disposition gratuitement ou accepter de payer. A titre personnel, j'utilise Facebook à titre professionnel sans difficulté avec d'excellents contacts pour avancer dans mes projets professionnels. Je n'ai jamais eu à modifier mon usage malgré les multiples changements de Facebook.



Bookmark and Share