mercredi 13 janvier 2010

Listes Twitter : 5 actions pour la stratégie de l'entreprise

Les listes Twitter ont déjà quelques mois d'existence, elles sont retombées rapidement dans l'oubli. Pourtant, elles ont à mes yeux un intérêt majeur dans l'utilisation de Twitter. Moins précis que le système de tags que l'on retrouve dans la majorité des réseaux sociaux, les listes restent un outil intéressant.

Pour moi, surtout dans le cadre du projet NETWORKVB, c'est un outil stratégique dans l'entreprise, au même titre qu'un certains nombre d'outils Internet. De ce fait, j'ai décelé 5 actions concrètes pour la stratégie de votre entreprise :




1 - Nommer correctement les listes

En effet, lors de la mise en place de cet outil, nous avons vu fleurir des noms de listes très exotiques. Puis certains utilisateurs ont pris conscience de l'intérêt de ces listes, comme un outil de perception de notre image. Ainsi, en fonction de ces noms on avait une idée plus précise pour savoir comment nous étions perçus par nos followers. Ainsi, les listes Twitter deviennent un outil pour le Personal (ou Business) Branding Management.



2 - Intégrer au système d'information

Pourquoi une telle action ? C'est le prolongement de la première action. Les listes Twitter sont utiles à l'entreprise, donc elles doivent être gérées et intégrées au fonctionnement de l'entreprise. Les listes Twitter deviennent une source d'informations, tout comme d'autres outils utilisés par l'entreprise. Un outil pour le Community Management ?



3 - Manager les données


Une fois nommée et intégrée dans l'entreprise, nous devons savoir comment utiliser les listes Twitter. C'est simplement un outil de gestion des données au même titre que les tags dans les réseaux sociaux. C'est d'ailleurs un rôle relativement nouveau dans le sens où la multiplicité des informations reçues impose de gérer au mieux cette action. Ce rôle serait tenu dans l'entreprise par le "Master Data Management " qui serait le garant de l'intégrité des données quelquesoit sa source d'origine. Ce manager de la nouvelle génération doit coordonner différents outils et différentes méthodes (tags et listes). Si nous prenons Delicious, cet outil permet de classer des bookmarks selon des tags, mais aussi et c'est moins connu par des bundles (dossier regroupant plusieurs tags). Si nous prenons Pearltrees, ces mêmes bookmarks sont classés par un système de répertoires schématisé par un arbre de perles. Nous avons donc aussi les listes Twitter, il faut donc coordonner tout cet ensemble disparate. L'idée est d'organiser au mieux ces données pour réduire au maximum l'aspect chronophage de cette activité.



4 - Répertorier les compétences

En faisant preuve de rigueur, nous pouvons mieux définir le profil que nous suivons, pour mieux savoir quand nous pourrons faire appel à ses compétences. Si dans la première action, les listes Twitter servaient à mieux cerner notre perception de nous-même vis à vis des autres, ici nous sommes dans la démarche inverse. Ce classement permet de mieux définir les compétences et les sources d'informations pour un sujet donné en rapport avec notre activité. En d'autres termes, si au début on tweete au hasard, en utilisant au mieux les listes Twitter nous pouvons nous adresser directement à la bonne compétence encore plus rapidement. A l'heure où le real-time semble prendre de plus en plus d'ampleur, c'est un atout majeur.



5 - Détecter les tendances


Je dirai que c'est le rôle premier des listes Twitter bien constituées. Mieux que les alertes Google ? Oui, si l'on garde à l'esprit que les données brutes obtenues doivent être travaillées pour devenir un avantage concurrentiel pour votre entreprise. Il est beaucoup plus facile d'intégrer les données Twitter que le résultat d'une recherche Google dans votre système d'informations. De plus avec une alerte Google, vous obtenez une donnée unique et brute. Tandis qu'avec les listes Twitter, vous obtenez une compétence, un réseau et votre information.




A la lecture de l'article, vous allez voir mon profil Twitter ici, pour vérifier si j'applique mes propres conseils. Vous constaterez avec frayeur que je ne le fais pas totalement. Ne vous inquiétez pas, je suis dans la phase de mise en place de mon projet de création d'entreprise. En conséquence, le prototype que je développe pour ce projet n'est pas totalement finalisé, d'où ce décalage entre les dire et les faits. En effet, ces 5 actions nécessitent un travail important pas toujours perceptible par celui qui bénéficie de sa mise en oeuvre.





Bookmark and Share

Aucun commentaire: